M2M – La nouvelle vague ?

M2M – La nouvelle vague ?

Le M2M (« Machine to Machine ») recouvre la notion d’objets intelligents qui communiquent avec un système d’information, sans intervention humaine. Comme toutes les technologies qui émergent, les domaines d’application du M2M sont en constante évolution.Ce phénomène met principalement en œuvre trois composantes majeures :

  • Le Hardware des objets eux-mêmes
  • La plateforme informatique qui recueille les données (on parle de Big Data)
  • Les réseaux qui assure la transmission des informations, depuis les objets jusqu’à la plateforme.

M2M-objets intelligents

Quelques chiffres… Quelques faits !

En Avril 2012, CISCO prévoyait 50 Milliards d’objets connectés en 2020. Fin 2011, Gartner identifiait l’Internet of Things (IoT) comme une des 10 tendances technologiques majeures de l’année 2012.
En Octobre 2012, Gartner refaisait la même prévision… pour 2013 ! Il va bien finir par se passer quelque chose…

La réalité n’est pas si simple.
Le M2M lève des challenges technologiques, économiques et organisationnels qui sont autant de freins à son développement :

  • TECHNOLOGIQUE
    nécessité de disposer de technologies « low power ». La durée de vie de la majorité des objets excède 10 ans (compteurs, mécanismes d’ouverture/fermeture, contrôle d’énergie etc.). Il faut donc qu’ils puissent transmettre les données pendant toute leur durée de vie.
  • ÉCONOMIQUE
    Le rapport de coût, à l’achat, entre un objet standard et un objet connecté est de l’ordre de 10… De quoi décourager l’acheteur !
    De plus, l’objet en question génère un ARPU* faible de l’ordre de quelques cents ou quelques dizaines de cents par année. Peu encourageant pour les opérateurs, même si les volumes permettent de contrebalancer un peu cet argument.
    Le business model n’est donc pas encore stabilisé.
  • ORGANISATIONNEL
    Le sujet est mal compris du marché, encore en phase d’évangélisation. L’offre est pléthorique mais éclatée. Les solutions sont incompatibles.

Côté industriel, M2M signifie la plupart du temps projet spécifique comme le démontre ce chiffre : 60% des coûts sont dédiés à l’intégration. D’où l’intérêt d’une normalisation qui tarde à s’imposer.

Les marchés qui tirent le M2M

Trois marchés phares portent le développement du M2M :

  1. L’automobile
  2. L’électronique grand public connectée, en particulier les smartphones, qui portent les applications
  3. Les « utilities » (smart metering)

A plus long terme, deux autres marchés pourraient se développer :

  • L’e-santé
  • La domotique ou maison connectée

Trois types d’acteurs majeurs interviennent dans la chaîne de la valeur et sont susceptibles de participer à ce développement : les fabricants d’objets, les opérateurs (traditionnels et nouveaux opérateurs dédiés) et les fournisseurs de plateformes de data processing.

M2M- chaine de valeur

Chaîne de la valeur du M2M – Source : IDATE

En conclusion, l’impact sociologique

Si l’on prend un peu de recul face aux chiffres et aux aspects technologico-financiers, on constate que cette nouvelles vague des objets connectées peut amener une rupture dans les services et leurs usages.

La capillarité des réseaux et la capacité à traiter des masses de données permet de transformer ces dernières en connaissance sociale.
Prenons l’exemple de l’autonomie, sujet d’actualité. Le M2M permet de passer d’un modèle d’alarme actionnée par la personne âgé (donc sujet à défaillance), à une notion de réseau social de surveillance des personnes fragiles : un capteur de détection de chute remonte automatiquement les données vers un système d’information qui alerte toujours automatiquement le bon service en cas de problème.

C’est dans cette transformation que se niche probablement la vraie création de valeur. Et ici s’ouvre un champ complexe et très large de nouvelles questions, dont celle de la propriété des données et leur utilisation, qui ouvre sur le vaste sujet de l’open-data… Utilisation financiarisée des données par quelques firmes ou ouvertures des données anonymisées pour permettre la création d’une multitude d’applications ?

*ARPU : Average Revenue Per User

Bibliographie

http://www.moreno-web.net/objets-connectes-corps-augmente-usages-sociaux-les-enjeux-de-lhybridation/

C. KOKOREFF

0 Avis

Laisser une réponse