Product Management

Le « Green-IT » a besoin du marketing pour se développer

Laisser un commentaire

La plupart des entreprises mettent en place un agenda environnemental et communiquent sur leur politique de développement durable. Un des points essentiels de cette politique concerne un poste qui nécessite une attention particulière : les technologies de l’information (ou IT).

Ce domaine d’action constitue le « Green IT ».

L’enjeu représenté est de taille. Le green IT concrétise la matérialisation d’un nouveau paradigme économique. Il laisse entrevoir l’émergence de nouveaux marchés et de nouvelles pratiques ; véritables opportunités marketing.
Product Managers décrypte pour vous ces enjeux.

Green IT, un concept issu de la méconnaissance

La notion de Green IT ou Green Computing est apparue au début des années 90. Simple concept marketing au départ, elle est devenue au fil du temps une tendance industrielle puis économique.

Un premier état des lieux permet de constater que l’IT est une grosse consommatrice de ressources énergétique. L’empreinte carbone générée est conséquente. Cela représente 2 % des émissions mondiales, soit autant que le trafic aérien (Gartner).

La consommation électrique représente en moyenne 10% du budget de la DSI (Direction des Systèmes d’Informations). Malgré cela, la performance énergétique de l’ensemble des équipements n’est pas optimisée.

Le 2ème constat reflète que la production de déchets liés à l’informatique explose.

Rien que concernant les PC.

  • En quelques années leur durée de vie est passée de 6 à 2 ans.
  • Depuis 30 ans, 1,8 milliards de PC ont été produits et le parc actuel devrait doubler d’ici 2010.
  • Les constituants polluent et se retrouvent dans la nature faute d’efficacité sur le recyclage.
  • La fabrication d’un PC nécessite de 260kg d’énergie fossile, 22kg de produits chimiques et 1500 litres d’eau (Source Université des Nations Unies).

Ces constats sont les arguments fondateurs des opérations « Green IT »

Pourquoi passer aujourd’hui à une informatique verte ?

De multiples raisons poussent aujourd’hui les entreprises à passer à une informatique verte. Les constats ci-dessus ont certes permis d’initialiser le phénomène, mais l’explication du boum est ailleurs. Les promesses de gains financiers, d’optimisation des process, d’amélioration des relations sociales et de respect de la charte des entreprises :

  • réaliser des économies d’énergie : outre la conservation des ressources, ce sont surtout les économies financières qui motivent ce point. L’ensemble de la chaîne est impactée, infrastructure, serveurs, datacenter, postes de travail. Depuis la conception du matériel jusqu’à l’optimisation de l’utilisation.
  • Améliorer des processus : améliorer le confort d’utilisation et la sécurité, gagner du temps et de la productivité, faciliter les échanges. Par exemple l’installation place de systèmes performant de visioconférence permet d’atteindre ces objectifs.
  • Gérer les aspects éthiques issus de la pression des consommateurs et de l’opinion publique, voire de la conviction des dirigeants
  • Se conformer aux législations en matière écologiques

Comment le marketing s’approprie le phénomène

Au-delà des contraintes éthiques et réglementaires, 82% des entreprises considèrent le développement durable comme un axe de différenciation et de création de valeur (source Accenture). Cela offre une double opportunité. D’abord de consolider des marchés existants puis de pénétrer de nouveaux segments encore sous-exploités.

Les actions de développement durable créent de la valeur selon 70% des entreprises (source Accenture). Cela va permettre de développer les usages et mettre en place de nouvelles pratiques.

Le Marketing a, dans ce contexte, une part importante à jouer afin de favoriser l’orchestration de l’ensemble des efforts et de leurs impacts. La mise en place d’actions au niveau Marketing stratégique et opérationnel dans un contexte innovant est à envisager fortement.

Etudions un exemple concret d’un client de Product Managers qui illustre ces propos.

La société commercialise une solution logicielle collectant les données relatives à l’usage et la performance du système d’information à travers le poste de travail.

C’est en mettant le marketing au centre de sa réflexion stratégique que le dirigeant  su créer de la valeur mesurable pour ses clients.

Le COO de la société, témoigne : « Le positionnement de notre solution, à l’origine, était l’application performance monitoring. Cette proposition était la description de ce que fait l’outil. Nous avons mis en place une démarche marketing visant à aller au-delà de cette simple description technique. Nous avons donc étudié notre marché, la concurrence et les besoins des clients. Aujourd’hui le positionnement de notre solution est l‘optimisation du poste de travail. Nous sommes passés d’un positionnement basé sur ce que fait l’outil à un positionnement basé sur ce que nos clients peuvent faire de l’outil.

Parmi les optimisations offertes, la réduction de l’impact environnemental est au cœur des préoccupations des entreprises et donc au cœur de notre positionnement.

Les résultats de cette action marketing sont probants : « Aujourd’hui la solution est perçue comme une solution « Green IT » : de l’économie d’énergie à l’optimisation du cycle de vie de PC… » […] « La société compte à ce jour plus de 50 clients, le CA a multiplié par 7 en 5 ans et nos prévisions sur 2009 sont excellentes ».

Des résultats, mais un chemin encore long

La politique de Green IT au sein des entreprises est un phénomène nouveau et augure les prémices d’un essor considérable dans les années à venir. Les DSI sont de plus en plus impliquées dans les actions de développement durable.

Comme tout changement, la mise en place de nouveaux usages liés au « Green IT » va prendre du temps. Et ce, même si la communication sur le sujet est relayée par de nombreux média. Une simple requête sur un moteur de recherche le prouve. Parmi cela, beaucoup de blogs et de site web dédiés font aujourd’hui référence. : greenit.fr, greenit.lemondeinformatique.fr…

Dans ce domaine ou finalement tout reste à faire, le marketing dispose d’une place de choix. Supporter et orchestrer les efforts pour maintenir le niveau de croissance de l’intérêt porté au Green IT est le défi à relever.

Les entreprises ont tout à y gagner. Il est intéressant de noter que celles qui communiquent sur le développement durable et le Green IT sont mieux valorisées que celles qui n’ont pas encore franchi le pas.

Catherine KOKOREFF

Partagez sur...
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.